Retour
graph-réseaux-sociaux

Notre vie est depuis quelques années rythmée par les réseaux sociaux. Le réveil se fait avec eux pour des millions d’entre nous, en particulier les jeunes. Nous nous tenons informés par eux et surtout nos échanges se voient facilités grâce à eux. Pour toute une génération mutante (les Digital Natives, dont la fameuse Petite Poucette décrite par le philosophe Michel Serres), les rapports sociaux se réinventent à travers les nouvelles technologies et leur possibilité de décupler les liens virtuels quasiment à l’infini. Un bouleversement qui, après le passage de l’oral à l’écrit, puis de l’écrit à l’imprimé, fait basculer l’humanité dans l’ère du numérique et réduit le monde à un immense village planétaire.

De nouveaux espaces de jeu pour les marques

La pratique des réseaux sociaux s’est imposée comme l’un des principaux usages d’internet. Ils sont aussi le nouveau terrain de jeu des marques qui profitent de leur pouvoir de pénétration massive par capillarité pour bâtir et animer des communautés, pour le coup très ciblées. En effet, par la grâce d’un like sur une page, d’une adhésion à un groupe, de son âge et de sa localisation, l’utilisateur de Facebook, Twitter ou encore Instagram devient une proie tentante pour des marques qui peuvent désormais délivrer leur message précisément et en direct, sans que l’intrusion ne se fasse sentir.

Des chiffres records en 2016

Quelle est la puissance de ces réseaux ? Réseaux qu’aux Etats-Unis on préfère d’ailleurs qualifier de « médias sociaux » car ils jouent un nouveau rôle d’intermédiation, au même titre ou plutôt à la place des médias traditionnels. Quoi de mieux qu’un visuel pour mieux comprendre l’impact juste énorme du phénomène ? C’est ce que vous propose l’agence Bridge Communication avec cette infographie.

graph-réseaux-sociaux

Nous pouvons ainsi mettre en exergue une population de 3,025 milliards d’internautes avec 2,060 milliards d’actifs sur les réseaux sociaux. Près de 28% de la population mondiale utilise les réseaux sociaux avec une fréquence moyenne d’utilisation variable : une heure et trente minutes par jour en France, deux heures par jour dans le monde. L’utilisation de ces réseaux est très disparate. En effet, 56% de la population des Etats-Unis sont connectés à au moins un réseau social, ce chiffre est de 44% pour la population européenne mais seulement… 7% de la population africaine qui utilise au moins Facebook. On le voit : il y a encore d’énormes marges de progression.

Facebook, le leader

Facebook, le réseau social numéro un dans 128 pays sur 137 étudiés, possède le plus grand nombre d’utilisateurs (1,490 milliards). Avec plus de 10 milliards de messages envoyés par jour, 4,5 milliards de likes délivrés par jour, 1,8 millions de likes par minute ou encore 4,75 milliards de partages par jour, Facebook est le leader incontesté du social media. Le temps passé sur le réseau est d’autant plus significatif : 6h45 sont passées en moyenne sur Facebook chaque mois. Les jeunes démarrent leur journée avec le réseau bleuté : 48% des 18-34 ans se connectent dès leur réveil. L’âge moyen des utilisateurs est de 22 ans. Concernant les entreprises, il existe 50 millions de pages fan mais 70% sont considérées comme inactives (aucun contenu n’est publié depuis plus d’un mois). Les utilisateurs « likent » en moyenne 89 pages.

Twitter, le nomade

Twitter, c’est 307 millions d’actifs mensuels, dont 2,3 millions en France. Ces utilisateurs sont principalement sur mobile (80%). Le « tweetos » est un homme (55%), de moins de 35 ans (61%), cadre supérieur (19%) et il vit en Ile-de-France (33%). Le temps passé sur le réseau est de 170 minutes par mois. Concernant la manière de tweeter, il est largement conseillé d’insérer une photo dans son tweet, celui-ci sera partagé deux fois plus.

Google+, le statisticien

Avec 359 millions d’actifs mensuels et 540 millions avec les connections via G-mail, Google+ est sans doute le réseau social le moins attrayant. En revanche, il est bénéfique pour les entreprises qui intègrent une Google Map (1 million de sites), ou encore les entreprises qui utilisent Analytics pour connaître leurs statistiques de fréquentation. En moyenne, le temps passé sur Google+ est de 6 minutes 47 par mois.

Instagram, l’instantané

Instagram enregistre 300 millions d’actifs mensuels et 85 millions pour Instagram-Direct, le service de messagerie instantanée. Les utilisateurs sont essentiellement basés aux Etats-Unis (30%). Environ 30 milliards de photos ont déjà été partagées, tandis que chaque jour c’est 2,5 milliards de « j’aime » qui viennent arborer les photos. Environ 70 millions de photos sont partagées chaque jour. 46% des utilisateurs suivent des marques et chacun d’entre eux suit en moyenne 134 personnes. Le chiffre le plus significatif concerne la connexion : 70% des membres français se connectent une fois par jour au réseau.

Pinterest, le féminin 

Le fait est assez rare dans le paysage des réseaux sociaux pour être souligné : 85% des usagers de Pinterest sont des femmes. De plus, 30% des actifs ont entre 25 et 34 ans. Nous sommes donc sur un réseau social assez jeune. Chaque mois, près de 100 millions de membres passent environ 16 minutes à aimer et « piner » des épingles. Cet « épinglage » varie en fonction des jours de la semaine : le lundi les publications sont sujettes au fitness, le jeudi à la mode tandis que le dimanche est consacré aux publications de nourriture.

LinkedIn, le pro 

LinkedIn est sans conteste le plus grand réseau social professionnel au monde. Il compte 380 millions de membres dans le monde et 10 millions de membres en France. Nous pouvons noter que 34% des membres sont aux Etats-Unis. Avec deux nouveaux membres chaque seconde, le réseau professionnel est populaire. Les membres passent 17 minutes par mois en moyenne à améliorer leur cercle professionnel. L’utilisateur moyen a plus de 34 ans (79%) et son âge moyen est de 44 ans. Enfin, 27% des visites sont effectuées via un mobile.

A chaque profil son réseau 

Les réseaux sociaux renouvellent et développent sans cesse leurs fonctionnalités pour mieux nous séduire, faciliter leur utilisation et favoriser l’émergence de nouveaux modes d’échanges et de partages de contenus. S’il est encore trop tôt pour savoir s’ils changeront le cerveau humain, ils recomposent les modes de conversation, et partant la sociabilité des individus autour de points de proximité ou de centres d’intérêt communs. Bref, à chaque profil, son réseau. Dis-moi sur quel réseau tu communiques, je te dirai qui tu es !